L’histoire de Khadija

Une énorme porte s’ouvrait à moi … La Fondation me donnait de l’argent mais, plus que de l’argent, la Fondation m’a donné de l’espoir, m’a aidé à vaincre ma dépression et m’a donné l’envie de revivre..
Tout le monde me respecte ici et j’ai trouvé une famille dans cet atelier: chaque femme avec qui je travaille est comme une parente, une sœur.

Khadija, réfugiée irakienne travaillant à l’Atelier « Migrants du Monde » de Rabat.

Khadija est d’origine irakienne. Elle est mariée, depuis 1986, à un marocain, installé à Bagdad, avec qui elle a eu deux enfants. Après la guerre, les choses changent et le couple reçoit des menaces de mort: leurs cousins sont torturés et exécutés par la milice et leurs enfants sont morts dans une explosion. Le couple perd sa maison en raison d’explosions, et est finalement forcé de quitter le pays. Après avoir traversé la Jordanie, Khadija arrive finalement au Maroc, où elle rejoint sa belle-famille. Elle succombe à la dépression …

Quand elle passe à côté de la Fondation Orient-Occident, elle voit des bouquets de femmes et d’enfants, elle entend de la musique et le son de la batterie. Elle se renseigne sur le lieu, et découvre que c’est un endroit dédié à l’aide des migrants et des réfugiés, ainsi que des marocains dans des conditions précaires. C’est ainsi que Khadija rejoint l’atelier « Migrants du Monde » où elle anime une activité de broderie depuis 2012.

Si la Fondation Orient-Occident ne peut pas remplacer tout ce que j’ai perdu dans ma vie, elle m’a au moins permis d’être indépendante et en sécurité. Elle m’a donné l’opportunité d’apprendre un métier et m’a surtout entouré d’affections précieuses.

« Migrants du Monde » est le nom de marque de l’atelier de confection et de broderie mis en place depuis 2010 à la Fondation Orient-Occident à Rabat. Il constitue l’une des principales activités de la Fondation pour l’intégration des femmes migrantes et réfugiées dans la société marocaine à travers le dialogue interculturel. Les femmes ont ici la possibilité de partager leurs connaissances de la broderie de leurs pays respectifs grâce à la réalisation de vêtements culturellement traditionnels et de s’exprimer et de partager leur expérience par le biais d’échanges interculturels. En outre, l’Atelier les aide également à devenir indépendants. Cliquez ici pour en savoir plus sur «Migrants du Monde».

youssefL’histoire de Khadija